Biennale Artistique et Culturelle 2023 : La Fondation Festival sur le Niger s’engage à côté de la région de Ségou

Share

Pour appuyer la participation de la Troupe Régionale de Ségou à la Biennale Artistique et Culturelle Mopti 2023, la Fondation Festival sur le Niger (FFSN) a remis une enveloppe à la Commission technique d’organisation au Gouvernorat de Ségou.

La bataille sera rude lors de la Biennale Artistique et Culturelle 2023. Pratiquement, toutes les régions sont à pied d’œuvre pour avoir les numéros les plus impressionnants lors de la phase de compétitions nationales. En même temps que la Commission nationale d’organisation qui travaille d’arrache-pied  pour que ce rendez-national soit des plus réussi, des initiatives salutaires commencent à s’annoncer dans les régions. Du côté de la Région de Ségou, la Fondation du Festival sur le Niger vient de donner le ton, en remettant une enveloppe à la Commission technique d’organisation au Gouvernorat de Ségou pour appuyer la participation de la Troupe Régionale de Ségou à la Biennale Artistique et Culturelle Mopti 2023.

Par ce geste, la Fondation du Festival Sur le Niger a décidé d’afficher de façon claire son soutien à l’organisation de la Biennale Artistique et Culturelle décidée par les plus hautes autorités maliennes pour retisser les liens et recoudre le tissu social.

On se souvient que Mamou Daffé, Président de la Fondation du Festival sur le Niger avait recemment fait une sortie sur les réseaux sociaux pour saluer l’organisation de la Biennale artistique et culturelle du Mali 2023. Il avait estimé que cette Biennale donne l’occasion de « retisser les liens et recoudre le tissu social »

Le Mali s’apprête à organiser du 6 au 16 juillet 2023, la Biennale artistique et culturelle à Mopti. En sa qualité d’opérateur culturel de premier ordre au Mali et en Afrique, Mamou Daffé, Président de la Fondation du Festival sur le Niger à son avis sur cette manifestation. « La reprise de la Biennale artistique et culturelle du Mali est une opportunité qu’on donne aux différentes communautés maliennes de tisser à nouveau les liens et de recoudre le tissu social fortement fragilisé par le contexte de cette crise multiforme que nous traversons », telle est la conviction de Mamou Daffé, Directeur de la Fondation du Festival sur le Niger.

Dans une publication largement diffusée sur les Réseaux sociaux, Mamou Daffé a indiqué qu’« en ce moment trouble, il est impérieux de revisiter les modèles et les pratiques de cohésion sociale du passé et interroger notre patrimoine ». Mais, selon lui, cette interrogation ne doit pas être faite pour ressayer notre passé. Il est formel. « Interroger notre patrimoine, non pas dans une volonté passéiste mais afin d’en tirer des éléments qui nous permettent de construire l’avenir commun », a-t-il estimé. Le Président de la Fondation sur le Niger dira que « de ce point de vue, nous pensons que le Ministère en charge de la culture est dans son rôle régalien de reconstruire le tissu social ».

Dans sa publication, Mamou Daffé s’est refusé de parler de l’aspect économique de la Biennale. Mais, a invité les uns et les autres à se focaliser sur sa rentabilité sociale. « Ici nous ne parlons pas de l’aspect économique de la biennale mais plutôt de sa rentabilité sociale, la dimension non marchande de la culture comme génératrice de valeurs, de sens et d’identité », a-t-il déclaré.


Et, d’ajouter que « bien entendu, le Ministère en charge de la culture pourrait externaliser et confier certains aspects de cette biennale tels que la production, les aspects de management et d’ingénierie à des professionnels et acteurs privés expérimentés afin qu’on ait une biennale qui se professionnalise et s’autonomise d’année en année tout en créant des opportunités d’emplois ». Mamou Daffé a fini par formuler un vœu. « Vive le Mali uni et prospère dans une Afrique apaisée », a-t-il conclu.

Donc, c’est comme pour joindre l’acte à la parole, la Fondation du Festival sur le Niger, pour appuyer la participation de la Troupe Régionale de Ségou à la Biennale Artistique et Culturelle Mopti 2023, a remis une enveloppe à la Commission technique d’organisation au Gouvernorat de Ségou. C’est aussi l’occasion d’inviter tous les ressortissants de Ségou et des autres régions du Mali, à imiter le geste de la Fondation du Festival sur le Niger pour le bonheur de leur troupe régionale à la compétition nationale. Que chacun malien se mobilise derrière sa région pour la réussite de la Biennale.

Assane Koné